Impact Potentiel Du Covid-19 Dans Le Contexte Agricole Africain – Joshua Uzu

Translate: English

Jusqu’au 14 février 2020, date à laquelle le premier cas de coronavirus a été confirmé en Afrique, le monde se demandait comment l’Afrique semblait être épargnée par l’épidémie virale mondiale. Depuis, le discours a changé, le virus est maintenant présent dans plus de 46 pays africains et l’Organisation mondiale de la santé conseille à l’Afrique de se préparer au pire. Alors que les pays africains s’efforcent de freiner la propagation de ce virus et de limiter son impact négatif sur leur économie, des efforts particuliers doivent être faits pour améliorer l’impact potentiel de COVID-19 dans le contexte agricole du continent.

L’épidémie d’Ebola de 2014/2015 a démontré l’impact dévastateur qu’une maladie infectieuse répandue peut avoir sur le paysage agricole en Afrique. Selon un article de Reuters de 2016 sur l’impact de l’épidémie d’Ebola, ‘’de nombreux agriculteurs en Guinée, en Sierra Leone et au Libéria n’ont pas pu cultiver ou vendre leurs récoltes en raison de mesures visant à contenir le virus, notamment des restrictions de voyage, des fermetures de frontières et des quarantaines, ainsi que la peur de l’infection. Le riz, le manioc et d’autres cultures n’ont pas été récoltés. La production alimentaire en Sierra Leone, le grenier et l’épicentre de l’épidémie était au point mort, et les marchés hebdomadaires ont cessé leurs échanges parce qu’il n’y avait rien à vendre’’ selon la Banque mondiale.

Bien que le taux de mortalité estimé de COVID-19 soit bien inférieur à celui d’Ebola, l’infection par le coronavirus semble se propager beaucoup plus rapidement qu’Ebola. Ainsi, une proportion beaucoup plus importante de la population risque d’être infectée, avec des répercussions allant de quelques semaines de maladie à la mort. Même dans le meilleur des cas, sans décès supplémentaire, les mesures préventives proposées pour le confinement de la propagation du COVID-19, telles que l’auto-isolement et la mise en quarantaine, peuvent affecter négativement la production alimentaire. En effet, de nombreux pays africains viennent de commencer la saison de plantation de leurs principales cultures et si les agriculteurs abandonnent leurs terres agricoles sans discrimination, conformément aux appels généraux à l’auto-isolement, la production agricole sera affectée négativement. Les répercussions d’un tel abandon se feront sentir vers la fin de l’année, alors que les disponibilités alimentaires actuelles seront en grande partie épuisées et les nouvelles récoltes non disponibles, entraînant des pénuries alimentaires, des hausses de prix et la famine parmi les membres vulnérables de la société.

Par ailleurs, même si les agriculteurs sont autorisés à se lancer dans la production, il sera toujours très difficile pour les exploitations agricoles de s’approvisionner en main-d’œuvre agricole adéquate, car celle-ci sera affectées par le confinement. Malheureusement, les niveaux actuels de mécanisation dans les exploitations agricoles en Afrique sont faibles, les agriculteurs dépendent d’une main-d’œuvre agricole manuelle pour atteindre des objectifs de productivité cruciaux. Par exemple, alors que le nombre de tracteurs par kilomètre carré en Inde et au Brésil est respectivement de 128 et 116, le Rwanda et le Nigéria ne comptent que 1,3 et 2,7 tracteurs par kilomètre carré. Ainsi, toute pénurie de main-d’œuvre agricole dans la plupart des pays africains entraînera probablement une baisse globale de la productivité agricole qui entraînera des pénuries alimentaires et des hausses de prix des denrées alimentaires. L’effet de la hausse des prix des denrées alimentaires pourrait être encore plus exacerbé par la baisse du pouvoir d’achat des consommateurs en raison de la récession mondiale induite par la pandémie de COVID-19, entraînant la faim et la famine généralisées sur tout le continent.

En règle générale, l’effet des faibles volumes de production est censé être atténué par la conservation des aliments dans les installations de stockage, qui seront libérés sur les marchés en période de faible production, empêchant les pénuries alimentaires. Cependant, dans de nombreux pays africains, les installations de stockage sont soit insuffisantes, soit dans de nombreux cas défectueux ou obsolètes. Par conséquent, les produits alimentaires stockés dans ces réserves sont insuffisants pour répondre aux déficits alimentaires prévus.

Au-delà de la menace pour la production alimentaire en Afrique, la propagation du coronavirus peut également avoir un impact négatif sur le commerce agricole international. En réponse à la pandémie de COVID-19, de nombreux pays ont fermé leurs frontières et réduit la quantité de leurs importations, y compris les produits agricoles. Cela pourrait avoir de graves implications pour les secteurs agricoles des pays qui sont très orientés vers l’exportation. Par exemple, selon l’Agricultural Business Center, l’Afrique du Sud pourrait subir des pertes à l’exportation de 2,5 milliards de dollars en raison de la baisse de la demande des pays asiatiques due au coronavirus. Cette baisse de la demande de produits agricoles en provenance des pays asiatiques à travers l’Afrique, pourrait conduire au gaspillage alimentaire, réduire les revenus des agriculteurs, entraîner des pertes d’emplois et pourrait limiter la capacité des pays à générer des devises, ce qui aurait un impact global négatif sur l’économie africaine.

En luttant contre les menaces liées à la réduction de la production alimentaire et du commerce international agricole soulignée ci-dessus, les nations africaines doivent adopter des approches à court et à long terme.

Menace de production alimentaire :à court terme, les gouvernements africains devraient désigner l’agriculture comme un service essentiel et fournir des directives de sécurité aux acteurs du secteur agricole impliqués dans la production, la transformation et la logistique à la ferme pour opérer au milieu de l’isolement de la population générale. Cela garantira pratiquement un approvisionnement régulier en nourriture dans la région et évitera de futures pénuries alimentaires, tout en réduisant le risque de propagation potentielle du COVID-19 sur le continent. Des pays comme les États-Unis, l’Australie, le Danemark et la Nouvelle-Zélande ont considéré l’ensemble de leur chaîne d’approvisionnement alimentaire comme un service essentiel, qui est exempté des blocages actuels, tout en respectant des protocoles stricts pour éviter la propagation du coronavirus. En outre, les agences agréées en charge de la réglementation des prix devraient assurer la surveillance et veiller à ce que les particuliers et les organisations ne profitent pas de la pandémie pour s’engager dans des hausses de prix et une exploitation aveugle. En outre, les céréales et les produits stockés dans les silos des nations africaines devraient être quantifiés et stratégiquement mis sur les marchés en fonction des besoins à des prix réglementés. Les installations privées et publiques doivent coopérer pour que cela soit possible.

À long terme, cependant, les gouvernements africains devraient accorder des subventions aux petits exploitants agricoles pour la location d’équipements mécanisés afin de les aider à faire face aux fluctuations de la main-d’œuvre agricole, à gagner du temps et à augmenter massivement la productivité. De plus, les grandes exploitations commerciales devraient investir davantage dans les technologies d’agriculture de précision telles que les drones agricoles qui peuvent réduire les coûts liés au travail agricole et aux intrants. Les coopératives d’agriculteurs à travers le continent devraient également conclure des partenariats à long terme avec des entreprises privées qui fournissent des drones agricoles et d’autres technologies de pointe et l’innovation dans le domaine agricole pour augmenter leur productivité et réduire les coûts. En outre, les pays africains devraient investir dans la modernisation des silos disparus et peu performants ainsi que dans la création de nouveaux silos dans les régions stratégiques pour fournir des réserves de nourriture en période de pénurie. Enfin, les instituts nationaux de recherche agricole devraient être bien financés pour permettre aux chercheurs de trouver de nouvelles façons de stocker les produits alimentaires clés de chaque pays, stockages qui peuvent être mis en œuvre par les installations disponibles.

Menaces liées au commerce international: pour se prémunir contre la perte potentielle de revenus du commerce international des produits agricoles, les pays africains devraient adopter les recommandations d’une étude de 2016 de la Food and Agriculture (FAO) sur l’épidémie virale d’Ebola en Afrique de l’Ouest, qui a souligné la nécessité pour les pays qui ferment leurs frontières pour des raisons de santé d’envisager la possibilité de maintenir des couloirs commerciaux transfrontaliers afin de maintenir les flux commerciaux agricoles. S’appuyant sur la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), les pays africains qui ont ratifié l’accord peuvent explorer les marchés des autres pays membres pour remplacer les marchés agricoles qu’ils ont perdus en raison de l’épidémie virale.

En conclusion, la recherche de la sécurité alimentaire continentale sera inutile sans une chaîne de valeur agricole performante qui garantira le flux des produits agricoles de la ferme au consommateur final. Si elle n’est pas maîtrisée, l’épidémie de COVID-19 pourrait avoir des effets dévastateurs sur l’ensemble de la chaîne de valeur agricole en Afrique, sapant l’objectif de sécurité alimentaire sur le continent. Les dirigeants africains et les parties prenantes concernées doivent réfléchir sérieusement aux mesures appropriées qui doivent être mises en place pour garantir que les avancées récentes en matière de lutte pour la sécurité alimentaire sur le continent ne soient pas érodées par cette pandémie meurtrière ; et le moment d’agir est maintenant.

Joshua Uzu, consultant chez Sahel Consulting Agriculture and Nutrition Limited

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

error: